TERRAINS ET IMMEUBLES A VENDRE

http://mides-niger.com/wp-content/uploads/2019/04/LA-RIC_Résidence-Les-Terrasses-du-Jard_Terrasse-T5-Duplex_WEB-2-1.jpgUn (1) terrain de 10 ha à 4km au Nord-Est du Quartier Niamey 2000 sur la Route de Filingué : terrain idéal pour projet immobilier de grande envergure (hôtel, HLM, Magasins…). Prix à discuter en appelant le numéro (00227) 97 60 09 99 ou 94 54 56 61

Trois (3) parcelles totalisant de 700 m2, à environ 100 m du côté gauche de la grande voie Niamey-Torodi (entre Hôtel Les Collines et le Péage routier). Prix à discuter en appelant le numéro (00227) 97 60 09 99.

http://mides-niger.com/wp-content/uploads/2019/04/UNICEF-for-evrechiel-1.png

Le statut actuel de Kidal est une menace pour le Niger, affirme le président nigérien

Militants of The Movement for the Salvation of Azawad listen to instructions at a waypoint while patrolling along the Mali-Niger border in the deserted area in the Menaka region in Mali during an anti jihadist patrol on February 5, 2018. / AFP PHOTO / Souleymane AG ANARA

« Un sanctuaire pour les terroristes », c’est en ces termes que Mahamadou Issoufou, qualifie la ville de Kidal, dans le nord du Mali. « Le statut actuel de Kidal est une menace pour le Niger, affirme le président nigérien dans une interview à Jeune Afrique cette semaine. L’État malien doit impérativement y reprendre ses droits. » Notons que 850 militaires nigériens ont été déployés au Mali, en fin de semaine dernière.

« C’est toujours de la faute de Kidal. La prochaine fois qu’ils auront mal à la tête, ce sera aussi à cause de Kidal », s’agace Alghabass Ag Intalla. Pour le secrétaire général du groupe armé HCUA à Kidal, le Haut conseil de l’unité pour l’Azawad, membre de la CMA, la Coordination des mouvements de l’Azawad, le président nigérien est allé trop loin. « A Kidal, il y a la force française Barkhane et la Minusma des Nations unies. Toute la communauté internationale est là ! », martèle Alghabass Ag Intalla.

L’envoyé spécial des Nations unies s’est d’ailleurs rendu à Kidal cette semaine pour y discuter, entre autres, du retour de l’administration. Selon un membre du comité directeur de la CMA à Kidal, les directeurs régionaux de l’Hydraulique, de la Santé, de l’Énergie et de l’Enseignement, sont déjà sur place.

« Ils sont là mais ils n’ont aucune marge de manœuvre, explique un ancien élu de la ville. La CMA a ses propres commissions pour l’eau, la santé, etc. Et ce sont elles qui prennent toutes les décisions. » A la rentrée dernière, le gouverneur de Kidal avait lancé un ultimatum aux enseignants pour qu’ils reprennent leur postes. Sans résultat.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20190815-mali-kidal-administration-retour

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image